Le Voyage à Nantes
Estuaire
Les Tables de Nantes
Les Machines de l’île
Château des ducs de Bretagne
Mémorial de l’abolition de l’esclavage
Chargement
Logotype du mémorial

Actualités Expression(s) décoloniale(s) #3 Du 13 mai au 12 novembre 2023

Déplacer notre regard en interrogeant nos certitudes, en questionnant nos imaginaires, sur notre histoire coloniale, tel est l’esprit de la manifestation Expression(s) décoloniale(s).

Pour cette troisième édition, au sein du musée, une démonstration menée par l’historien camerounais François Wassouni et une présentation des oeuvres puissantes d’un artiste mondialement connu, Barthélemy Toguo seront proposées.

Tout récit historique est une construction, l’expression d’un point de vue, sur soi et sur les autres. Les musées d’histoire n’échappent pas à cette règle. Présenter des objets de collection revient à présenter la perception que ceux qui ont acquis ces pièces ont eue d’eux-mêmes et des autres, au fil du temps.
À l’heure de repenser à l’échelle mondiale l’histoire de l’Humanité comme une histoire connectée, il est indispensable de constater que de nombreux objets et documents, présentés aujourd’hui dans nos musées, portent intrinsèquement une vision coloniale.

Pour tenter de décrypter le regard posé sur ces pièces au moment de leur acquisition, de les mettre à distance, de les interroger pour prendre la mesure de ce qu’elles nous imposent, aussi bien en matière de connaissances qu’en matière d’imaginaires, le musée d’histoire de Nantes, dans le cadre de la troisième édition de la manifestation Expression(s) décoloniale(s), renouvelle une invitation exceptionnelle à un historien et à un artiste issus du continent africain, afin qu’ils puissent dialoguer avec ses collections.

L’historien François Wassouni, spécialiste de l’histoire de la violence, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Maroua, au Cameroun, proposera une dizaine de nouveaux cartels consacrés à des objets emblématiques de l’histoire coloniale nantaise et française, en résonance avec ses sujets de recherches et son approche des questions mémorielles.

De son côté, l’artiste camerounais internationalement connu Barthélémy Toguo s’emparera des espaces, son œuvre témoignant d’un engagement sans faille à interpeller les grands sujets de notre époque, tout en établissant une relation fulgurante entre passé et présent. Les thématiques des déséquilibres fondamentaux du monde dans lequel nous vivons, de ceux, structurels, des échanges qui le caractérisent, de l’inégalité des chances et des discriminations multiples qui en sont les conséquences, inscrivent plusieurs de ses œuvres dans une dimension éminemment actuelle et politique. Les enjeux mémoriels jalonnent également ses productions sans pour autant l’empêcher de célébrer le jaillissement d’une puissance de vie fondamentale et fondatrice, aussi vigoureuse qu’inattendue.
Prolifique et généreux, l’artiste présentera une vingtaine d’œuvres, dont plusieurs installations magistrales dans le parcours permanent du musée d’histoire de Nantes, inscrivant cette nouvelle édition dans un impératif, celui d’agir.

Dans un esprit d’hospitalité, Barthélémy Toguo a souhaité associer cinq artistes à la manifestation du musée d’histoire de Nantes.

Kara Walker (USA), Rosana Paulino (Brésil), Monica Toiliye (République démocratique du Congo), Jean-François Boclé (Martinique) et Moreira Chonguiça (Mozambique) l’ont ainsi rejoint. Qu’ils soient peintres, vidéastes, sculpteurs, ou performeurs, chacun de ces artistes a pris place dans les salles du musée pour résonner avec l’histoire.

À travers leurs oeuvres, les héritages, les mémoires, les douleurs et les séquelles du passé sont abordés, mais aussi leur dépassement.

Une autre forme de confrontation au réel s’opère en leur présence ; un autre dialogue nait de leur rencontre, qui n’exclut aucune part de notre sensibilité.


La manifestation sera accompagnée d’une publication aux Éditions du Château des ducs de Bretagne, sous la plume d’Androula Michael, historienne de l’art contemporain, directrice du Centre de recherches en art et esthétiques (CRAE UR 4291) de l’université de Picardie Jules-Verne.

96 pages ; 17 x 25 cm ; prix : 15,90€ (éléments provisoires) 

L’ouvrage sera disponible à la librairie-boutique et sur la e-boutique du château 


Barthélémy Toguo est né au Cameroun en 1967. Formé dans différentes écoles d’art en Côte d’Ivoire, en France et en Allemagne, il vit aujourd’hui entre Paris et Bandjoun, où il a fondé, en 1999, un lieu innovant mêlant une école de création artistique, un centre culturel et une exploitation agricole, « Bandjoun Station ».

Aujourd’hui internationalement connu, il expose dans le monde entier des oeuvres d’une grande diversité de formes, où se côtoient les matériaux les plus robustes et les plus fragiles. Chacune de ses productions témoigne de son engagement précoce et constant à défendre les grandes causes humanitaires et écologiques actuelles, tout en donnant une voix à celles et ceux qui en sont dépourvus.

Commissariat de la manifestation : Krystel Gualdé (directrice scientifique du musée d’histoire de Nantes)