événements
événements en 2015


Rencontre avec angela davis

Rencontre avec Angela Davis, invitée d’honneur de la Ville de Nantes, dans le cadre de la Commémoration de l’abolition de l’esclavage le 10 mai 2015.


De l’Histoire à la mémoire, la Traite des Noirs… par Chateau_ducs_de_Bretagne

exposition « obia »
nicola lo calzo

du 10 mai au 30 septembre 2015

Exposition Obia

© Nicola Lo Calzo

Dans la région des Guyanes, sont installés depuis le 18e siècle des peuples de marrons. Le « marron », c’est-à-dire l’esclave qui a fui la plantation, mot peu familier dans la langue française, décrit une réalité qui fut au cœur des résistances à l’esclavage colonial.

Aujourd’hui, les peuples issus du marronage, par leurs langues, leurs rituels, leurs pratiques culturelles, et leurs savoirs, témoignent de leur capacité à avoir su préserver une culture de résistance.

À travers la série photographique Obia, le photographe Nicola Lo Calzo explore les relations entre les pratiques religieuses et la politique d’acculturation menée en Guyane française. La série Obia s’inscrit dans le projet au long cours Cham consacré aux mémoires vivantes de la traite et de l’esclavage pour lequel Nicola Lo Calzo est allé au Togo, au Bénin, au Sénégal, au Ghana, en Guadeloupe, en Haïti, en Louisiane et dans le Mississipi, en Guyane française, au Surinam, et se rendra à Cuba et d’autres lieux emblématiques de cette mémoire vivante.

Sa photographie est à une intersection singulière entre photographie documentaire et photographie dite « plasticienne ». Son travail a été exposé à de nombreuse reprises notamment aux Rencontres d’Arles, au Musée des Confluences, à la Bibliothèque Nationale de France ou au Tropenmuseum à Amsterdam.

Esplanade du Mémorial

ouvrage « liberté ! le mémorial de l’abolition de l’esclavage »

De Emmanuelle Chérel, Marie-Hélène Joueau et François Vergès

1e-couv-liberteLiberté !

Le mot, répété en plusieurs langues dans le Mémorial de l’abolition de l’esclavage, témoigne du besoin profond et insatiable de celles et ceux qui ont combattu l’esclavage.

Liberté !

C’est en son nom que révoltes et insurrections se mènent, c’est en son nom que philosophes, économistes, romanciers, artistes, féministes et esclaves écrivent pour démontrer que l’esclavage est un crime, la violation d’un droit fondamental et universel, la liberté.

Ancré au coeur de la ville de Nantes, dans un vaste parc sur la rive de la Loire, d’où partaient les bateaux négriers, le Mémorial inauguré en 2012 est un lieu de recueil, de méditation et de réflexion. En dédiant le monument aux textes antiesclavagistes à travers le monde, les concepteurs Krzysztof Wodiczko et Julian Bonder offrent un espace où les mots luttent contre l’oubli et activent une mémoire citoyenne.

104 pages, Editions du Château des ducs de Bretagne
Disponible sur la boutique en ligne du Château des ducs de Bretagne